Je suis végétarienne, carencée et je mange des pommes de terre à l’eau

EDIT : je ne suis plus végétarienne aujourd’hui, je suis et resterai pour toujours vegan. Je laisse l’article ci-dessous pour archive, mais il ne reflète plus ni ma pensée ni mon alimentation d’aujourd’hui.

Voilà le discours que l’on me tient assez souvent. Beaucoup de végétariens doivent connaitre ces mots 😀

Une délicieuse salade de tomates multicolores

Depuis que je suis devenue végétarienne (j’évite aussi le plus possible les produits laitiers), je découvre tellement de saveurs, tellement de plaisir à manger. Ma démarche au début était totalement confuse, je ne savais pas pourquoi, mais je sentais que l’arrêt de la viande pouvait être une réponse à ce mal être que je ressentais depuis de nombreuses années. Moi, la mangeuse de poulet braisé, de cochon dans tous ces états, charcuterie, saucisson sec, queue de boeuf, poisson et j’en passe. Bref, presque une carnivore. Je ne me rappelle même plus comment l’idée à germer en moi jusqu’à ce qu’un soir je décide de me lancer : j’osais en parler à mon mari.

Incompréhension, colère… En même temps il était quand même mal placé pour juger ma lubie du moment, vu qu’il est lui même un passionné de sujets totalement improbables. Après avoir étudié un sujet en long en large pendant à peu près une année ou plus il change. Nous connaissons tous à la maison (sans le vouloir vraiment) une grosse partie du jazz, musique country, l’aviation, drones, et autres sujets. Il a donc dû accepté mon changement d’alimentation, à contre coeur. Avec la promesse que leur alimentation ne changerai pas.

Au début, j’ai donc passé beaucoup de temps à cuisiner, un repas pour moi un pour eux. Peu à peu j’ai découvert des astuces pour passer moins de temps en cuisine. Je continuais à manger du poisson. Et là, brutalement, nous avons découvert les légumes de saison… Ha oui !! Nous avons du coup découvert une tonne de légumes différents, jamais testés, des légumes que je n’avais jamais osé acheter. Une explosion de saveurs s’est offerte à nous. Avec des expériences gustatives plus ou moins positives, mais toujours enrichissantes.

De délicieuses crêpes maison et ma pâte à tartiner maison aussi

Pourquoi suis-je devenue végétarienne ?

Ca n’a pas été clair pendant longtemps. D’abord pour ma santé, uniquement pour ma santé. Pourquoi devrais-je prendre la décision d’abimer mon corps parce qu’il est dit qu’il fallait manger de la viande. Je mange en grosses quantités, des choses qui font du bien à mon corps et mon esprit. L’alimentation n’est surement pas tout mais si nous avons la possibilité d’être en meilleure santé pourquoi gâcher cette chance ?

L’éthique est venue bien après. J’ai réalisé le mal que nous faisions à ces êtres, vivants, comme nous. Enfant, j’ai déjà vu une poule pleurer. Ce souvenir me hante parfois. Notre planète que cette alimentation détruit. Ma petite démarche personnelle et familiale qui aura un petit impact sur la planète et sur ma santé surtout.

Au restaurant :

Au restaurant, je ne me prive pas, il ne faut pas y aller avec ses gros sabots. Je me permets des produits laitiers au restaurant, si j’ai une alternative sans, j’en profite, mais au restaurant je n’y vais pas souvent, et j’adore le fromage, donc s’il n’y a pas de repas sans produits laitiers, j’en mange avec grand plaisir 🙂 Dernièrement le chef d’un restaurant est même venu me voir pour me demander ce que je voulais mettre sur ma pizza (ils n’en proposaient pas de végétarienne, il était tout gêné et m’a dit qu’il n’y aurait pas de surcoût).

Ma relation avec les autres :

J’ai passé le cap où je m’énervais contre les autres ça aide. Je ne supporte juste pas que l’on me parle de mes carences en protéines. Les gens ne s’intéressent pas à ce qu’ils mangent mais ils savent que je suis carencée. J’ai passé plus d’un an à me documenter en anglais, en français sur cette alimentation, verdict vous me dites que je suis carencée. Ok. Quoi dire de plus.

Dernièrement, lorsque je parlais de mon alimentation on m’a dit que je ne devais manger que des pommes de terre à l’eau, mon mari a explosé de rire en disant que je n’y rajoutais même pas d’huile. Je ne mangerai jamais des pommes de terre sans goût 😉 j’ai préféré en rire aussi. Le rire aide beaucoup croyez moi.

Un curry de pommes de terre

Ma maman n’a pas trop compris au début, comme tout le monde. Je ne sais pas si ça lui pèse plus que ça quand je vais chez elle, mais elle s’arrange toujours pour faire cuire la viande à part et c’est vrai que je ne me sens pas bizarre ou différente des autres. Bonne expérience donc !!!

Aujourd’hui lorsque je suis invitée ou lorsque je mange avec les autres, ça ne me dérange de ne manger que du riz blanc si la viande a été cuite avec la sauce. Ça fait plus d’un an que je suis végétarienne et j’arrive à me détacher de ça et du jugement que peuvent avoir les autres.

Mon mari du coup a décidé de ne plus manger ni poisson ni viande à la maison depuis quelques semaines. C’est encore dur pour lui de devoir justifier pour sa santé ne plus vouloir manger de viande devant les autres. J’ai personnellement passé le cap.

Ps : mes enfants continuent à manger de la viande à l’extérieur et un petit peu à la maison

Vu le coût de la viande on peut se permettre de découvrir de plus en plus de légumes. Les fruits en dessert. Oui les fruits coutent plus cher que les yaourts mais ils sont meilleurs pour la santé, c’est mon avis. Des vitamines, un vrai rapport avec les fruits. C’est bizarre mais il y a eu une période de ma vie ou je trouvais ça sale les fruits. Je préférais mes yaourts bien emballés et nickels (qui ne me tachaient pas les mains), mes boites de conserves bien carrés. J’avais totalement perdu le sens de la vie. Je veux dire la vie de la nature.

Des mûres ramassées en forêt pour le dessert

Mon mari a découvert qu’il aimait être en cuisine. S’intéresser à ce qu’on mange et à ce qui nous entoure nous change beaucoup. Je ne force personne à changer d’alimentation. Je suis juste heureuse de ma vie, celle de ma famille, et non je n’ai pas de carence en protéines ou autres. Je ne suis quasiment jamais malade et je me porte bien merci.

Un hamburger végétarien que nous avons adoré

Petit article pour aider un peu les non végétariens à comprendre ce que nous ressentons. Je ne pense pas que l’extrémisme aide à avancer. J’ai fait de nombreux choix et je suis heureuse aujourd’hui de voir que mon mari adhère de plus en plus à mon mode de vie. Mon fils a eu beaucoup de mal lorsque je lui ai retiré ses nuggets de poulets industriels, et je peux affirmer qu’il a découvert beaucoup de choses qu’il aime et qu’il me fait d’ailleurs découvrir. Ma fille a plus de mal depuis qu’elle a découvert que mon mari ne voulait plus manger de viande. Du temps : Rome ne s’est pas construite en un jour. Les choses changent petit à petit et je suis très heureuse de voir que de plus en plus de gens prennent conscience des choses qui se passent autour d’eux.

Je n’en veux pas aux carnivores, omnivores, frugivores et autres. Nous avons tous besoin de faire notre chemin dans notre vie. Le plus important n’est-il pas de vivre en harmonie avec soi même et ses convictions ? Et franchement, la vie nous offre tellement de belles choses, ce serait dommage que je me gâche la vie pour l’avis des autres n’est-ce pas ?

Une salade de fruits fraise pasthèque

  1. un témoignage très intense… très personnel… ça m’a émue! Merci beaucoup d’avoir ouvert ton coeur et permis de comprendre un peu ce qui peut motiver un tel changement d’alimentation! Ma soeur est devenue végétarienne et bien que je ne partage pas ses convictions je les respecte… et c’est ce qui ressort de ton billet… le respect des convictions de chacun… et de l’importance d’être heureux dans sa vie… avec ses choix… Merci.
    ps: j’ai une furieuse envie d’embrasser ma soeur maintenant!:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *